Présentation

Professeur agrégé de mathématiques depuis 16 ans, je suis diplômée du DESU « Pratiques du coaching » de l’Université de Paris 8 et formée aux pratiques narratives.
Le coaching est un accompagnement qui part de la spécificité de chaque individu et lui permet de développer son potentiel. J’accompagne un public d’adolescent (à partir de 15 ans), d’étudiants et d’adultes pour atteindre un ou plusieurs des objectifs suivants :
– Dépasser des difficultés scolaires
– Réussir un concours ou un examen
– Travailler sur l’orientation
– Changer de métier
– Gérer son temps
– Surmonter son stress

Pour tout renseignement : myriam.oyono@gmail.com

Lire la suite

îlots bonifiés

J’enseigne les mathématiques depuis bientôt 18 ans et je suis en poste dans un collège du 16ème arrondissement à Paris depuis septembre 2008. J’ai enseigné avec plaisir pendant quelques années, puis mon plaisir d’enseigner s’est progressivement émoussé.

En 2010, n’en pouvant plus de faire ce métier, j’ai décidé de me former au coaching. Pendant ma formation, j’ai réalisé, qu’une de mes difficultés était un trop grand contrôle que exercé sur mes classes. J’ai alors découvert les concepts d’inclusion, d’ouverture et de contrôle issus de l’élément humain, développés par William Schultz.

L’inclusion est le fait de créer un espace qui donne à chacun sa place dans le groupe. Le contrôle est l’ensemble des règles qui donne un cadre au groupe. L’ouverture est la permission d’être soi sans crainte du rejet facilitée par l’inclusion et l’ouverture.

Faire en sorte que ces trois dimensions existent permet aux individus de se sentir importants, compétents et aimables. L’ignorance de ces dimensions dans la relation peut provoquer la peur de l’abandon, la peur de l’humiliation ou la peur du rejet et donc des résistances chez l’autre.

Par mon trop grand contrôle, j’empêchais les élèves de prendre leur place et de se sentir inclus, d’où des résistances qui se manifestaient par de la passivité. La conséquence, c’est que mes élèves s’ennuyaient dans mes cours et que je m’ennuyais moi aussi. Je voyais le problème mais je ne savais pas comment faire autrement. Je continuais donc à enseigner comme avant.

En août dernier, quinze jours avant la rentrée, je me suis retrouvée avec une boule au ventre : je ne voulais pas retourner travailler, cela engendrait beaucoup trop de souffrance pour moi. C’est alors que j’ai décidé de lire Travailler en îlots bonifiés de Marie Rivoire. En résumé, cela consiste à faire travailler les élèves en groupe et à bonifier (par des points puis des notes) leurs diverses activités en cours. Modifier ma façon d’enseigner me faisait peur, mais enseigner comme je l’avais toujours fait me faisait trop souffrir. Je me suis dit que j’allais mettre cela en pratique et que je verrais bien.

J’ai commencé mon expérience des îlots bonifiés début septembre 2015. Maintenant, à toutes mes heures de cours, les tables sont regroupées en îlots de quatre tables et mes élèves travaillent en groupe.. Les premières semaines, je ne savais pas trop ou j’allais. Beaucoup d’élèves continuaient à être passifs et à se laisser porter par leur groupe. La compétition instaurée par le système entre les tables faisaient qu certains groupes avaient déjà 20 points alors que d’autres n’en avaient que 4. J’ai alors décidé de faire moi-même les groupes et d’utiliser cette structure pour différencier mon enseignement. Avec le temps, même les élèves les plus passifs se sont mis au travail.

Le travail en îlots m’a permis de lâcher prise. L’espace alors créé a permis à mes élèves de mettre en place leurs compétences et d’aller vers plus l’autonomie ce qui a entraîné leur mise en activité.

Pour finir, j’ai retrouvé du plaisir à enseigner et ma bienveillance envers les élèves.

Lire la suite